AccueilDe la Révolution à 1831

De la Révolution à 1831 English Version

                                

De la Révolution à 1831 :

Les années noires de la Révolution (1792- 1793) puis le blocus continental décrété en 1805 rendent hors de prix les matières premières (étain et plomb) importées d'Angleterre.
La concurrence de la faïence fine (Apparue en Angleterre à partir de 1720, tendre ou dure, est une terre cuite blanche: comporte des argiles cuisant blanc ( marne et chaux) , sa glaçure comporte ...) anglaise et de la porcelaine (Pâte qui, à l'état naturel est d'un blanc très pur après la cuisson et présente un aspect vitrifié. Sa température de cuisson peut varier entre 1250 et 1460°C) est très forte dès la fin du XVIIIe siècle et la faïence passe de mode.

A Samadet, la fin du XVIIIe siècle est marquée par une fabrication insuffisante et une évolution stylistique qui tendent vers un appauvrissement du décor.
Le rouge de fer de grand feu (Se dit d'un décor peint sur un émail opacifiée à l'étain. La palette des couleurs comprend un bleu, un vert , un pourpre, un jaune ou un orange. Elles necessitent ...) , dit de Thiviers, devient d’un emploi courant après 1811. A cette date, la manufacture compte dix neuf ouvriers. En 1819, ils ne sont plus que six dont un peintre. La peinture « à la touche » est alors employée. Il s’agit d’une touche épaisse et large, d’une utilisation aisée qui permet une production rapide et d’un prix de revient économique. Elle concerne principalement les décors de l’aile (fleur de genet, fougère, renoncule).

Les décors révolutionnaires (1790- 1815)

Samadet a peu produit de décors révolutionnaires. Les décors sont constitués de poèmes ou de petits paysages. Le décor est fait à coup de pinceau large et moins détaillé. Les décors datés des années 1795 suivent la mode de l’époque avec des décors à l’urne encore appelés les mânes de Mirabeau, des décors aux drapeaux ou des thèmes à la fanfare, aux canons et au grenadier.

Les faïences historiées et parlantes (1825- 1831) :

Ces pièces appartiennent aux dernières cuissons issues des fours de Samadet. On y trouve quelques plats ovales et des assiettes à poèmes écrites en camaïeu (Le camaïeu est le mélange d'une couleur pure additionné de valeurs de ton ( blanc, gris, noir) qui permet de créer un dégradé de ton.) bleu au centre du bassin (Partie creuse d'une assiette) . Les assiettes sont majoritairement datées de 1831.

retour vers Faiences de Samadet